Mode d'emploi

Retour au sommaire

Cliquez le bouton " Démarrer " dans le coin en bas à gauche de votre écran Windows, allez à " Exécuter " et tapez " C:\Radiosim\Rs.exe " (en supposant que le programme ait été installé dans C:\Radiosim). Vous pouvez aussi lancer Radiosim depuis l'Explorateur Windows en double-cliquant Rs.exe.

 

Radiosim.gif (2525 octets)

Menu de la feuille "First"

Dès le programme lancé (First window, puis Canal window), l’utilisateur se voit proposer une liste de modules parmi lesquels il choisit, avec la souris ou au clavier, les modules qu’il veut inclure dans le canal. Un canal est une suite de modules. Un module représente en général un circuit électrique (quadripole). L'image suivante montre un canal typique simulant une liaison numérique.

canal.gif (8294 octets)

La feuille "Canal"

Ensuite, l'utilisateur clique un module pour le mettre en surbrilliance, clique le bouton "Parameters" et fixe la valeur des paramètres du module. La figure suivante montre la feuille d'édition des paramètres du module "Digital modulator", particulièrement complexe.

modulator.gif (12084 octets)

La feuille "Parameters"

Pour aider les débutants, cinquante exemples de canaux pré-enregistrés peuvent être chargés, simulant des schémas de transmission typiques comme :

Load.gif (11036 octets)

Les feuilles "Load" et "Comments"

La figure ci-dessus montre la feuille "Load" dans laquelle l'utilisateur peut choisir un canal pré-enregistré et lire le commentaire correspondant.

Dans tous les cas, le canal étant constitué, l'utilisateur donne des valeurs numériques aux paramètres des modules constitutifs (Parameters window), consulte l'aide aux écrans de saisie, lance le programme, observe les résultats sur des graphiques et des tableaux et réitère ces opérations si nécessaire, en modifiant quelques paramètres, sans avoir à relancer le programme.

Un module " Boucle " permet de dresser un tableau donnant un ou plusieurs résultats en fonction d'un paramètre variable par incrément fixe.

Un module " Minimax " permet d’ajuster plusieurs paramètres pour optimiser un ou plusieurs résultats.

Toujours sans interrompre le programme, il peut consulter la notice intégrée, sauvegarder le canal et un commentaire sur fichier pour éviter une nouvelle saisie à la prochaine session, modifier à sa guise la présentation des graphiques (marges, graduations, titres) les imprimer sur papier ou les sauvegarder sur un fichier qui pourra être importé dans un programme de traitement de texte (rappelons que, sous Windows, on peut passer instantanément d’un programme comme Radiosim à tout autre déjà chargé au moyen de Alt + Tab ou en cliquant les programmes sur la barre des tâches en bas de l’écran).

Des utilitaires permettent de créer les fichiers spécifiques à l'utilisateur et nécessaires à certains modules : Filtre défini point par point (dB, phase ou TPG), quadripole non-linéaire (caract. amplitude/amplitude et phase/amplitude), gabarit de cahier des charges (filtre, densité spectrale, temps de montée, etc.), canaux perturbateurs, coefficients d'un filtre transverse, etc.

Le temps de calcul d'un canal type (Dummy.can) avec N = 4096 échantillons, comprenant un modem numérique, des filtres émission et réception en cosinus surélevé, un amplificateur non-linéaire et deux modules graphiques, est de l’ordre de 5 secondes pour un PC équipé d’un processeur Pentium. Le temps de calcul est à peu près proportionnel au nombre d'échantillons.

 

A la différence des anciennes versions DOS de Radiosim, N est pratiquement illimité. Avec un PC moderne, une valeur de N extrêmement élevée comme 220 = 1,048,576 conduit à un temps de calcul encore raisonnable.

Une forte valeur du nombre d'échantillons N est indispensable dans les trois cas suivants :

1) lorsque le coefficient de roll-off des filtres est faible, comme c'est le cas pour les systèmes de transmission modernes à haute efficacité spectrale. La réponse impulsionnelle s'étend alors sur de nombreux symboles, une suite pseudo-aléatoire longue est donc nécessaire pour bien simuler un pire cas pour l'interférence intersymbole.

2) pour les démodulations non cohérentes, auquel cas le bruit thermique de réception doit être directement simulé, au lieu d'employer la fonction Erfc( ) comme pour le module Démodulation cohérente.

3) lorsque plusieurs porteuses modulées à des débits numériques différents utilisent un même canal de transmission. Alors, même si le nombre de symboles pour le débit le plus faible peut rester faible, 256 par exemple, Ns doit être plus élevé dans un rapport (fort débit / faible débit) pour le débit le plus élevé (et N doit être environ huit fois plus élevé que Ns si le canal est non linéaire).

Nous nous excusons auprès de nos clients de langue française : Radiosim n’est disponible qu’en version anglaise.

Retour au sommaire